Vue d'ensemble de la commande

Votre panier est vide pour le moment.

Victoires suisses dans la Romandie

Tour de Romandie

winforce_albasini_michael.jpeg
Michael Albasini (Orica-Scott) remporte la première étape du Tour de Romandie, Stefan Küng (BMC) la deuxième.

Michael Albasini n'a pas perdu de temps. L'athlète s'est imposé au sprint lors de la première étape du Tour de Romandie entre Aigle et Champéry devant l'Italien Diego Ulissi et l'Espagnol Jesus Herrada. Et de sept pour Michael Albasini sur le Tour de Romandie. Le Suisse de 36 ans, en forme en ce mois d'avril, s'est imposé en costaud à Champéry. On ne pensait pas voir le coureur d'Orica si bien placé dans une étape dont la conclusion était jugée au terme d'une ascension de première catégorie. Mais les coureurs se sont vite rendus compte que la montée dans le Val d'Illiez ne permettrait pas de créer des écarts. Du coup, la dernière rampe s'est faite au train, avec des attaques infructueuses de la part de quelques-uns des favoris comme Pantano, Kreuziger, Izaguirre ou Roglic. Et finalement, le sprint ne pouvait échapper à un Albasini extrêmement véloce et terriblement affûté en ce printemps.

"Je suis très content de réussir à faire quelque chose dès la première étape, a lâché le vainqueur du jour. Je me suis senti mieux que je pensais en montagne, mais j'ai été surpris de voir cette étape se terminer au sprint. Ce n'est pas évident d'enchaîner après les classiques ardennaises et de garder la motivation. Certains peuvent se reposer alors que d'autres doivent se reconcentrer sur le Tour de Romandie. Mais vous savez, on ne peut jamais planifier une victoire. Ceci dit, après trois top 10 dans les Ardennes, je suis heureux de mon printemps."

Un autre suisse, Stefan Küng, aime le canton de Fribourg. Vainqueur il y a deux ans à Fribourg pour sa première grande victoire chez les professionnels, le Thourgovien de 23 ans a récidivé dans les rues de Bulle. Parfait dans les ultimes hectomètres, le géant (1m93) de la BMC n'a laissé aucune chance au vétéran ukrainien au moment du sprint. Habile dans le dernier virage, Stefan Küng a lancé la machine à 300 mètres de la ligne et Andriy Grivko n'a vu que le dos de son compagnon d'échappée.

Forcément nommé le plus combatif, l'ancien pistard est parti dès le départ avec trois autres coureurs, Sander Armée, Andriy Grivko et Frederik Veuchelen. Les quatre hommes ont presque vécu l'entier de l'épreuve ensemble. Le Belge Armée, déjà dans l'échappée la veille, a bâché à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée. Veuchelen a ensuite laissé Küng et Grivko dans un duel de haute volée. L'écart a toujours été maintenu sous les 6 minutes, mais les échappés ont habilement joué en n'essayant pas de prendre une avance surdimensionnée. Ce qui fait que dans les derniers kilomètres, les hommes de tête ont eu assez de ressources pour résister au peloton.
Küng qui remporte le maillot vert à Bulle, le défendra jusqu’à Lausanne.

Source: SDA