Vue d'ensemble de la commande

Votre panier est vide pour le moment.

Alex Wilson gagne le bronze sur 200 m

CE d'athlétisme Berlin

winforce_wilson_berlin
La première médaille suisse aux championnats d’Europe à Berlin est devenue réalité. Il a fallu attendre 40 ans pour qu’un Suisse, Alex Wilson (Old Boys Basel), décroche une médaille en sprint pour la Suisse. Wilson s’est paré de bronze avec un record suisse en prime!

Il était une fois un garçon jamaïcain qui est venu en Bâle à l’âge de 15 ans. Quand il a commencé à s’entraîner dans le club d’athlétisme local et qu’il a immédiatement rompu avec certaines conventions et règles non écrites et qu’il a fait de grands discours et récité des mots comme « Nom d’une pipe » de son entraîneur à l’époque, les gens se sont moqués de lui. Et les gens ont à nouveau souri quand, à la conférence de printemps 2018 de Swiss Athletics, il a annoncé avoir comme but minimal de la saison une médaille aux CE à Berlin. Il n’a pas été pris au sérieux parce que jusqu’à présent, il n’avait participé qu’à une seule finale de grande manifestation avec à la clé une huitième place aux CE 2016 sur 200 m et que sa meilleure performance personnelle était encore loin des 20 secondes.

Mais à Berlin l’heure a sonné pour Alex Wilson qui a fait taire toutes les personnes critiques et moqueuses. Le Bâlois a fait parler sa force, particulièrement sur la deuxième moitié de la course. 50 m avant l’arrivée il était encore en retard et s’est frayé un chemin vers le troisième rang sur les derniers mètres. La décision fut tellement serrée que le film d’arrivée a dû être consulté pour attribuer les places deux à quatre. Après une attente qui a semblé une éternité le nom d’Alex Wilson est apparu derrière le chiffre trois à la grande joie des supporters suisses. Et tout à coup Wilson est aussi très près de cette fameuse marque des 20 secondes: 20,04, nouveau record national! Wilson a donc couru 10 centièmes plus vite qu’aux CS à Zofingue. Le champion du monde Ramil Guliyev a joué dans une autre catégorie en s’imposant en 19,76 secondes.

Même si Wilson affirme qu’après les CM à Londres de l’an dernier il a aboli la pression pour lui, il a certainement été libéré d’un grand poids. L’explosion émotionnelle à l’annonce de la médaille de bronze l’a montré. Il a déclaré: „Tout le monde ne croyait pas en moi. Le plus important était toutefois que moi j’y croie“, s’est-il exprimé euphorique. „Je suis content d’avoir pu prouver que mon annonce était sérieuse. Mon premier sentiment quand j’ai été assuré de la médaille: Génial, j’y suis arrivé!“
Pour l’équipe suisse il s’agit de la première médaille de ces CE après de nombreuses bonnes performances et qualifications en finale. Avec le bronze Wilson rejoint deux autres coureurs de 200 m suisses performants aux championnats d’Europe. Philippe Clerc (or) et Peter Muster (bronze) avaient déjà brillé 1969 et 1978. Une période difficile de 40 ans a suivi pour le sprint. Jusqu’à la venue d‘Alex Wilson. Nom d’une pipe!

200 m
Sarah Atcho (Lausanne-Sports) rêvait de finale sur 200 m. Ce rêve n’était pas utopique, car la Romande, qui faisait partie des 12 meilleures, était qualifiée directement pour la demi-finale. Elle a couru un bon virage, mais avait déjà encaissé un peu de retard, qui n’a pas diminué jusqu’à l’arrivée. Sur la deuxième moitié du parcours, elle a dû céder la deuxième place salvatrice qui aurait suffi pour entrer en finale. Son bon chrono de 22,88 secondes
(MPP 22,80) n’a pas suffi pour être repêchée au temps. Un minuscule petit centième l’ont séparée du grand bonheur – situation qui a laissé un goût amer à Atcho.

Cela ne devait pas arriver. Lors de ces CE Mujinga Kambundji a appris une nouvelle fois ce que signifiait gagner une médaille en chocolat. Comme sur 100 m elle a à nouveau fini au pied du podium convoité sur la double distance. Cela l’a rendue triste, mais ne l’a pas dévastée. „Il existe des moments plus agréables“, a-t-elle confié. Elle tire aussi beaucoup de points positifs de sa course. Pas étonnant, car elle a été plus rapide que 22,45 secondes (22,42) et elle a couru seulement sept centièmes de plus que le record de Lea Sprunger. „J‘ai pris un bon départ“, a-t-elle estimé. „Et c’est tout de même une meilleure performance de la saison.“

800 m
Placée au couloir intérieur, les concurrentes ont laissé le soin à Selina Büchel (KTV Bütschwil) de mener sur 800 m. Elle s’est alors dit: „Du moment que je suis devant, je ne vais pas abandonner facilement cette position. “Elle a imposé un bon rythme (59,26 secondes aux 400 m), n’a laissé passer aucune adversaire dans le dernier virage et est entrée en tête dans la dernière ligne droite. Mais elle a ensuite payé la tactique offensive. Presque tout le peloton a doublé la Suissesse. Alors que l’Ukrainienne Natalja Pryschtschepa s’est imposée, la double championne d’Europe en salle a dû se satisfaire du septième rang. „Pas assez décontractée au premier tour, j’ai perdu trop de substance à cette vitesse“, a-t-elle déclaré. „Ma forme actuelle, ne me permettait apparemment pas de prendre un départ aussi rapide.“

5000 m
À ces CE, le coureur de fond Julien Wanders (Stade Genève) s’est aligné à deux reprise, sur 5000 et 10 000 m. Après les sentiments mitigés que lui a laissé son classement sur les 25 tours (septième), il s’est dit satisfait de sa course sur 5000 m – même s’il s’est moins bien classé (huitième). La satisfaction vient la conception plus active de la course. „Mon bilan est positif parce qu’aujourd’hui j’ai mieux réalisé ce que j’avais prévu“, a déclaré Wanders. „Aujourd’hui j’ai pris plus de risques, j’ai par exemple pris la tête après 3 km et j’ai couru quelques tours en 62 secondes. Mes jambes aussi se sentaient beaucoup mieux, certainement parce qu’il faisait plus frais que mardi.“ Quand le Romand a jeté un coup d’œil au tableau d’affichage, il a vu son temps de 13:24,79 minute, synonyme de meilleure performance personnelle.

Pour Jonas Raess (LC Regensdorf) la course ne s’est déroulée comme souhaité. Quand Julien Wanders a durci le rythme au 3e km, le Zurichois a dû lâcher prise. „Bien que les sensations étaient bonnes à l’échauffement, ça n’a pas marché aujourd’hui. „Tout à coup un coureur après l’autre m’a doublé et je n’ai rien pu faire. Ensuite les tours et les kilomètres n’en finissaient plus.“ En queue de peloton Raess s’est battu pour passer l’arrivée en 21e position en 14:01,14 minutes. Son bilan: „Voilà, j’ai beaucoup appris. J’aurai certainement une nouvelle chance.“

4x100 m
Les relayeuses de haute volée sur 4×100 m ont dû composer avec la place la plus ingrate de toutes: la quatrième. Ajla Del Ponte (US Ascona), Sarah Atcho (Lausanne-Sports), Mujinga Kambundji (STB) et Salomé Kora (LC Brühl) ne peuvent cependant pas se reprocher grand-chose. En effet, les 42,30 secondes les situent à un seul centième du record suisse établi à Athletissima Lausanne cette année. 0,07 secondes ont manqué pour la médaille de bronze. Quel dommage!
La pilule est particulière difficile à avaler pour Kambundji, tellement performante cette année: elle se retrouve pour la troisième fois au pied du podium à Berlin. Sa déclaration: „C’est comme ça. Nous sommes certes plus rapides, mais les autres aussi.“

110 m haies
Le coureur de 110 m haies de 20 ans Jason Joseph (LC Therwil), champion d’Europe U20 en 2017, a fait fureur cette année, entre autres avec son record suisse de 13,39 secondes aux championnats suisses à Zofingue. Pourtant en demi-finale des CE, tout n’a pas fonctionné comme l’aurait souhaité le Bâlois. Il est timidement sorti des blocs de départ et n’a plus pu refaire le retard pris sur la concurrence. Joseph qualifie le 12e rang final en 13,53 secondes comme une „immense déception“. „Le niveau est trop élevé pour permettre des fautes. Ça ne me sert à rien d’être recordman suisse ou champion d’Europe U20“, a déclaré Joseph.

Heptathlon
Pendant deux jours elles ont constamment été sous les projecteurs du stade olympique: les heptathloniennes, reines de l’athlétisme. Le fer de lance suisse Géraldine Ruckstuhl (STV Altbüron) a livré cinq disciplines solides et a établi un nouveau record suisse U23 au lancer du javelot (56,13 m), avant d’aborder le 800 m final. Elle a réussi à maintenir le cap pendant les deux tours et à courir tout en contrôle. La lutte a payé, avec un chrono de 2:15,13 minutes, elle a défendu sa neuvième place et ses 6260 points représentent un magnifique résultat.

Source : Swiss Athletics